Streamlike player
  • fr - 1
    Parcours pendant la guerre
  • fr - 2
    L’OSE
  • fr - 3
    Départ pour Grenoble en 1943
  • fr - 4
    Mouvement de jeunesses sioniste de Grenoble
  • fr - 5
    Fausses cartes d’identité
  • fr - 6
    MJS
  • fr - 7
    La résistance
  • fr - 8
    Départ pour Nice – faire passer des enfants en Suisse
  • fr - 9
    Toulouse et passage en Espagne
  • fr - 10
    Retour à Paris après l’armistice– assistante sociale « de la croix rouge suisse »
  • fr - 11
    L’hôtel Lutetia
  • fr - 12
    La cantine pour ceux qui reviennent mai-juin 1945
  • fr - 13
    Un garçon se suicide au retour des camps…
  • fr - 14
    Le regard porté sur les rescapés
  • fr - 15
    Savoir ce qu’ils avaient vécu
  • fr - 16
    Le retour de Fanny Friedmann
  • fr - 17
    Voyages pour aller chercher des déportés vers les camps du sud– l’Exodus
  • fr - 18
    Janvier 1946 - Congrès de L’Hachomer Hatzaïr
  • fr - 19
    Août 1947 : l’Exodus part – Les bateaux de Port de Bouc
  • fr - 20
    Histoire d’Uli un survivant qui part au kibboutz en 1947
  • fr - 21
    Départ de Frida pour le kibboutz en 1947
  • fr - 22
    En Israël - Le vote à l’ONU
  • fr - 23
    Retour en France en 1953
  • fr - 24
    La mémoire juive de Paris
  • fr - 25
    Témoigner
  • fr - 26
    Les enfants – Plaques commémoratives
  • fr - 27
    Parler à sa famille
  • fr - 28
    Le rapport au judaïsme

Témoignage de Frida Wattenberg : ma libération

Née le 07/04/1924 à Paris. Son père, Hersch Smiétanski et sa mère Alta Wattenberg sont originaires de la région de Lodz (Pologne).
Dès octobre 1940, Frida adhère à la cellule gaulliste du lycée Victor Hugo à Paris 4. Elle participe le 11 novembre 1940 au collage d'affiches dans toutes les classes pour appeler les jeunes à la résistance. Elle est recrutée en 1941 par l’OSE. Elle fabrique des faux papiers avec Joseph Migneret, Directeur de l'école des Hospitalières Saint-Gervais, Paris IV.
Sa mère est arrêtée le 16 juillet 1942 lors de la rafle du « Vel d’Hiv » et internée au camp de Drancy. Frida parvient à obtenir sa libération en prouvant que sa mère travaille dans un atelier fournissant des vêtements { l’Armée allemande. Sa mère rejoint Lhommaizé(86) où elle va séjourner plus de deux ans. En 1943, Frida quitte Paris pour Grenoble et rejoint la résistance juive. Frida conduit des groupes d'enfants à Annecy pour leur passage en Suisse par Saint-Julien-en-Genevoix (74). Frida est ensuite mutée à Toulouse où elle travaille avec l'A.J. (Armée Juive).
Après la Libération, Frida travaille { l’OEuvre de Protection des enfants juifs(OPEJ) qui prend en charge les enfants dont les parents ont péri en déportation.
Chevalier de l'Ordre du Mérite, Chevalier de l'Ordre de la Légion d'Honneur, carte de Volontaire de la Résistance, carte d'Ancienne combattante. Membre de l’association des anciens de la résistance juive (ARJF) et de « Mémoire juive de Paris ».
On trouve sa biographie dans Organisation juive de combat, France 1940-1945, éditions Autrement.
Mémorial de la Shoah